Luttons contre la rigidité de l’état (des ischio-jambiers)

Comment se débarrasser d'une douleur ligamentaire au genou en un jour

J’ai mal aux genoux. J’ai toujours eu mal, aussi loin que je m’en souvienne. Ça doit donc au moins dater de l’adolescence.

Ça n’empêche pas de vivre. Un athlète apprend à vivre avec la douleur et s’en servir comme indicateur d’entraînement, de pause, de repos. Par la force de l’habitude, il est capable de la situer, de la cibler, de l’estimer et de déterminer le degré d’urgence ou de danger.

Ainsi, même si elle était handicapante, cette douleur ne m’inquiétait pas plus que cela : aucune raison que ce soit une arthrose, même précoce ; la douleur n’est pas située à l’intérieur de l’articulation, mais juste au-dessus de la rotule, sur le ligament.

Mais elle était handicapante : les douleurs se faisaient ressentir dans tous les moments de la vie : monter ou descendre un escalier, s’asseoir – ou se lever d’une chaise –, s’accroupir, courir… Bref, dès qu’il fallait plier le genou, la douleur survenait, même lorsque les efforts étaient faibles.

J’avais l’impression d’être déjà un vieillard sans aucune raison de l'être…

Pourquoi perdre le contrôle peut vous rendre plus heureux

Nous avons tous un besoin viscéral de sentir un contrôle. Mais aller trop loin peut vous rendre malheureux.

Les êtres humains ont un profond désir de certitude et de contrôle.

Plusieurs études montrent que ce besoin sert au moins deux objectifs importants. Premièrement, cela nous aide à croire que nous pouvons façonner les résultats et les événements à notre goût. C'est-à-dire que plus nous nous sentons en contrôle, plus nous nous sentons efficaces pour atteindre les résultats souhaités, et ce sens de la compétence stimule le bien-être.

Nous apprécions aussi le contrôle parce qu'il nous fait croire que nous ne sommes pas sous le contrôle de quelqu'un d'autre. Dans une étude, des chercheurs ont donné à une d'un groupe de pensionnaires d'une maison de retraite le contrôde sur quelle plante à cultiver dans leur chambre et quels films à regarder. L'autre groupe a été privé de ce choix. Au cours des dix-huit mois qui ont suivi, le taux de mortalité du deuxième groupe était le double de celui du premier.

C'est pourquoi nous avons tendance à rechercher le contrôle. En effet, les études montrent que ceux qui ont le plus besoin de contrôle définissent généralement des objectifs plus ambitieux et ont tendance à atteindre plus d'objectifs. Mais cela peut-il aller trop loin ? La recherche du contrôle à tout prix peut-elle diminuer le bonheur? Il s’avère que la réponse est oui. Chercher le contrôle est une bonne chose, mais seulement jusqu'à un certain point. Au-delà, la volonté de contrôler peut vous rendre misérable.

Gâteau de panais aux épices

Ma recette de gâteau de panais aux épices

Mon jardinier dépose souvent du panais dans mon panier. Je ne déteste pas, cependant ce légume à tendance à me donner des nausées et m'écoeurer facilement. Je ne peux donc pas le manger simplement et – à moins de le jeter, ce qui est hors de question – je dois le préparer autrement.

J'ai donc adapté la recette de pain d'épices et utilisé le panais en ingrédient principal.

Pourquoi trop de preuves peut être une mauvaise chose

Le paradoxe de l'unanimité

Selon l'ancienne loi juive, si un suspect était jugé à l'unanimité par tous les juges, le suspect était acquitté. Ce raisonnement semble contre-intuitif, mais les législateurs de l'époque avaient remarqué qu'un accord unanime indiquait souvent la présence d'une erreur systémique dans le processus judiciaire, même si la nature exacte de l'erreur restait à découvrir. Ils ont intuitivement pensé que lorsque quelque chose semble trop beau pour être vrai, il est fort probable qu'une erreur a été commise.

Dans un article paru dans The Proceedings de la Royal Society A, une équipe de chercheurs, Lachlan J. Gunn, et al., d'Australie et de France, a approfondi cette idée, qu'ils appellent le «paradoxe de l'unanimité».

«Si de nombreux témoins indépendants témoignent à l'unanimité de l'identité du suspect d'un crime, nous supposons qu'ils ne peuvent pas tous se tromper», a déclaré le coauteur Derek Abbott, physicien et ingénieur électronique à l'Université d'Adélaïde en Australie. «L'unanimité est souvent considérée comme fiable, mais il s'avère que la probabilité qu'un grand nombre de personnes soient toutes d'accord est faible, de sorte que notre confiance dans l'unanimité est mal fondée. Ce paradoxe de l'unanimité montre que nous sommes souvent beaucoup moins certains que nous ne le pensons.»

Pourquoi le Carême rend les gens heureux (et pas Netflix)

Une nouvelle recherche suggère que réduire les plaisirs de la vie nous aide à en profiter beaucoup plus

Comme beaucoup de téléspectateurs de nos jours, nous regardons nos émissions préférées sur Netflix, consommant deux, trois ou plus d’épisodes – parfois des saisons entières – à la fois.

Mais nous ne nous en rendons guère compte, goinfres que nous sommes, nous nous privons de bonheur.

C'est la leçon d’une nouvelle recherche dans le domaine de la psychologie positive. Cette recherche montre que se livrer aux plaisirs de la vie à plus petites doses, ou même les abandonner pendant des périodes de temps, nous aide à en profiter beaucoup plus.

Les énergies renouvelables sont déjà moins chères que le pétrole

Pourquoi les énergies renouvelables sont-elles déjà moins chères que le pétrole ?

Selon les estimations récentes de l'IRENA –International Renewable Energy Agency–, les énergies renouvelables sont moins chères que le pétrole en 2020.

«La tendance est claire : d'ici 2020, toutes les technologies de production d'énergie renouvelable traditionnelle devraient avoir un coût moyen équivalent au plus bas prix des combustibles fossiles.
En outre, plusieurs projets d'énergie solaire et éolienne seront l'une des sources d'électricité les moins chères, toutes sources confondues.» — IRENA, Renewable Power Generation Costs in 2017, p4.

En réalité, cette estimation n'est pas exacte car elle mélage des choux et des carottes. Les énergies renouvelables sont déjà moins chères que le pétrole. Voici pourquoi…

Brownies (sans sucre raffiné)

Ma version des Brownies

Je mange sans sucre raffiné et sans sel. À l'instar des végétaliens, il peut donc sembler difficile de manger normalement. Et comment se faire plaisir avec quelques douceurs lorsque le sucre est proscrit ?

Rien de bien difficile, il suffit de prendre les recettes habituelles et de les adapter légèrement.

J'ai toujours un petit faible pour le chocolat noir. Voici ma recette des Brownies, version sans sucre raffiné.

Voiture autonome : la (fausse) question pour savoir qui doit mourir

Pourquoi sacrifier le passager n'a pas de sens

Depuis l'avènement des premiers véhicules réellement autonomes, de nombreuses personnes se posent la question afin de savoir si en cas de choc inévitable il faut sacrifier le passager du véhicule ou le piéton.

Le débat fait rage, tant du côté des utilisateurs, des non utilisateurs, des législateurs et des fabriquants.

Et plus les questionnements sont nombreux, plus la question semble complexe et la réponse très compliquée à mettre en place.

Compliquée ! Vraiment ?

La conscience

Fonctionnement et utilité de la conscience

J’ai récemment vu une vidéo Youtube qui parlait de la conscience, notamment de la question « Sommes-nous conscients ? ».

Si le sujet et la façon de l’aborder étaient intéressants et répondaientt à un certain nombre de questions, la définition de la conscience dans son fonctionnement même n’était pas abordé, comme si elle restait mystérieuse ou, au contraire, trop évidente.

Je vais donc tenter de donner une définition fonctionnelle de ce qu’est la conscience et comment elle fonctionne, sachant qu’il ne s’agit bien là que d’une interprétation personnelle.

J’ai perturbé le flow

L’avènement de la censure paresseuse

Parfois, le geek que je suis est possédé par une soudaine humanité qui me pousse à consulter des sites d’informations afin de me tenir informé des dernières avancées en matière de sciences et de technologies.

Pis, lorsque le système de commentaire n’est pas dissuasif, je me surprends même à déposer des messages et, comble de l’horreur, discuter d’un sujet avec mon prochain – j’entends par là, un vrai sujet, autre que « Quelle est la meilleure distribution de Linux ? ».

Bref, pris dans le tourment enivrant de la liberté d’expression, je tapotais sur mon clavier à tout va, commentant la dernière information qui m’inspirait lorsque je reçus un message du modérateur m’indiquant que je « perturbais le flow » et me sommait de regrouper mes interventions en un seul message.

Je suis un terroriste

… et ça ne fait que commencer

Si Laurent Chemla confessait être un voleur, je dois aujourd'hui avouer que je viens de basculer dans le côté obscur du Web.

En effet, par ce sombre matin quasi-hivernal, j'étais réveillé tôt, sans l'envie de dormir plus. Alors je me suis levé pour m'occuper et j'ai décidé de terminer la configuration de quelques serveurs que j'avais laissée en suspend par manque de temps.

Alors que d'habitude une configuration prend plus de temps que prévu, mû par une inspiration soudaine, j'exécutais mes tâches sans aucune fausse note, tant et si bien que j'achevais tout, beaucoup trop tôt… encore. Je suis donc passé à la suite, un petit truc laissé de côté il y a quelques mois et qu'il était temps de finir : un de mes relais Tor donnait des signes de fatigue et je décidais d'opérer sans tarder.

Apprendre une langue étrangère avec Google Home

Comment utiliser Google Home pour parler une langue étrangère ?

Lorsque Siri a été mis en place sur les iPhone, Judith B. Newman a décrit dans un article – puis dans un livre – comment l'Assistant d'Apple était devenu le meilleur ami de son fils autiste Augustus. Il passait son temps à poser plein de questions, et Siri lui répondait toujours, sans jamais se lasser, sans jamais juger, sans jamais s’impatienter.

J’ai décidé d’utiliser ces caractéristiques pour (ré)apprendre une langue étrangère. Pour ma part, j’ai préféré utiliser le Google Home.

Confiance et contrôle

La confiance exclut-elle le contrôle ?

J’entends parfois l’expression «la confiance n’exclut pas le contrôle». Une expression –originellement de Lénine– de micromanager qui, en plus d'amuser, laisse un goût amer dans la bouche quand on en est l'objet.

Ce goût amer n'est pas anodin, il est le résultat d'une tentative de communication entre l'inconscient et le conscient, le premier tentant de passer un message au second. En réalité un double message: l'assertion est fausse et on essaie de nous manipuler.

Comme tout slogan, il est destiné à changer le chemin habituel de la compréhension des signes afin d'en perturber le sens et d'identifier plus difficilement sa validité.

Pour savoir ce qu'il en est très précisément, prenons le temps de le déconstruire et de rapporter chaque partie à son plus petit dénominateur commun. À partir de là, nous pourrons reconstruire l'assertion dans le bon sens et déterminer si elle est valide ou non.

La passion et l'ennui

Peut-on s'ennuyer quand on est passionné ?

À chaque fois que je passe un entretien d’embauche, même si le recruteur reconnaît ma compétence technique et mon expérience, je fais face à 2 critiques majeures. Dans 2 cas sur 3, il me dit: «le trajet ne vous fatigue pas ?». Dans le tiers restant: «Vous n’avez pas peur de vous ennuyer ?». Comme si le fait d’avoir des buts dans la vie, de faire des choses chez soi, d’avoir des passions, notamment son métier, était un handicap qui rendait l’environnement professionnel quotidien fade, ennuyeux.

J’ai de la chance : j’aime mon métier. Je l’exerce depuis un certain nombre d’années. Je me présente toujours pour faire la même chose –ou presque– que depuis le début de ma carrière, sans jamais me lasser ou demander plus de responsabilités. Et comme mon travail reste assez de bas niveau, «manuel» pourrait-on dire –même si d’un point de vue technique il est plutôt «digital» puisque j’utilise mes doigts–, on s’attendrait, avec mon expérience et mon recul, à ce que j’aspire à autre chose et que le poste que je convoite n’est, en définitive, ni plus ni moins qu’un poste pour fuir autre chose plutôt que pour adhérer à un changement. Et donc, la conclusion logique : je ne resterai pas –et donc ma candidature n'est pas retenue.

En plus de me coûter une place potentielle, je trouve toujours cette idée assez curieuse. Pas idiote. Cette idée est tout à fait logique et a du sens si elle est placée dans le contexte de mon interlocuteur. Mais elle est curieuse car elle est contre-intuitive si on se place du côté de l'individu passionné.

Internet et l'avènement d'un nouveau langage universel

Comment Internet permet de créer un nouveau langage

L'imprimerie a appris à l'homme à lire; Internet lui a appris à écrire.

Internet est un formidable outil qui permet de relier les hommes à travers leurs idées, avec l'écriture comme support fondamental même si de nouveaux moyens de communication et transmission de savoir par l'audio et la vidéo tendent à se développer de plus en plus.

Cependant, la barrière de la langue est souvent un frein à la compréhension. Mais cette difficulté pourrait disparaître à terme.

Un mois avec...OpenSUSE

Test de OpenSUSE 42.2 Leap Gnome

J'ai longuement hésité avant de publier cet article car je n'avais plus aucun copie d'écran à ajouter car la machine qui m'a servi à tester a eu la mauvaise idée de perdre son LVM au dernier moment, avec les fichiers dessus.

Cependant, ce que j'ai à dire sur cette distribution ne requiert pas absolument de captures d'écran pour être compréhensible. J'ai quand même du temps passé à la tester dans le but d'écrire cet article.

Le XML-RPC en Shell UNIX

Pourquoi et comment réaliser un service XML-RPC en Shell UNIX

 «Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?» Telle est la devise des Shadocks qui pourrait s'appliquer à ma situation actuelle. En effet, j'ai pris quelques heures de mon temps -- 5 heures en tout et pour tout -- pour développer un service XML-RPC entièrement en Shell UNIX.

Tout est parti d'une amélioration de mon EntropyCMS. Je comparais le résultat avec une autre page, d'un autre site, afin de comprendre pourquoi Google trouvait des erreurs dans la sémentique; une page de référence dont le code était joli, propre, même s'il contenait un nombre incalculable de références à des réseaux sociaux dont la plupart faisaient redondance. Comme je regardais si les métadonnées et la sémantique de mon résultat produit avaient les mêmes propriétés que la référence choisie, je suis tombé sur une balise faisant du pingback en faisant appel à un obscur xmlrpc.php.

Ce n'était pas la première fois que je voyais cette référence. Mais, cette fois-ci, j'ai décidé de me pencher sur le sujet et d'en savoir plus sur ce XML-RPC car mes serveurs LAPSUS utilisent des services P2P et je vois régulièrement passer des requêtes XML-RPC sur mon réseau sans savoir ce que c'est exactement. D'autre part, étant un grand utilisateur de XML, j'étais très intrigué par un service utilisant un protocole utilisant ce langage.

Un mois avec… Ubuntu Budgie

Test de Ubuntu Budgie 32 bits

Je suis toujours très frustré de voir des tests de distributions faits à la va-vite, dans une machine virtuelle qui sera supprimée après la fin du tournage, avec la présentation en quelques clics des nouveautés, des plus et des moins et se focalisant souvent sur les performances brutes, mais plus rarement sur les détails nécessaires à un usage quotidien confortable. De plus, rares sont ceux qui testent dans la durée. Parfois, ils nous gratifient d'un petit «une semaine avec…», trois petits tours et puis s'en vont. C'est pourquoi j'ai décidé de lancer une série de tests de distributions libres sur une durée d'un mois chacune, afin de les éprouver dans le temps.

Aujourd'hui, je commence le cycle avec un jeune arrivant dans la famille des Ubuntu, à savoir Ubuntu Budgie (v16.10). Cette distribution possède la particularité d'être disponible en 32 bits, chose de plus en plus rare de nos jours. J'avais dans l'idée de tester une distribution sur une machine dédiée 64 bits, mais en définitive, j'ai voulu voir si cette distribution 32 bits tenait la route avant de la tester sur 64 bits.

Entropie et éco-conception logicielle

Comment l'entropie gouverne l'éco-conception logicielle et comment en déduire des bonnes pratiques générales

L'éco-conception logicielle est une pratique de plus en plus courante. Elle repose sur des principes d'économie, de design technique, technologique et logiciel permettant de gagner en efficacité énergétique sans trop sacrifier la beauté du code.

A priori, l'éco-conception logicielle, lorsqu'elle est expliquée sous la forme d'une longue liste de bonnes pratiques, peut paraître rébarbative. Mais cette liste ne tombe pas du ciel. Intuitivement, si l'on comprend le principe thermodynamique de l'entropie, alors on peut en déduire assez aisément un certain nombre de bonnes pratiques d'éco-conception logicielle sans faire trop d'efforts de mémoire.

Le DNS inverse et le PTR

Auto-hébergement : comprendre le DNS inverse et configurer le PTR pour un serveur de messagerie

Être (micro)hébergeur nous confronte parfois à des problèmes inhabituels que monsieur Tout-Le-Monde ne rencontrerait pas : pour chaque domaine que j’héberge, j’associe un serveur de courriel. Et depuis que j’ai changé de fournisseur d’accès à Internet (FAI), une partie des courriels envoyés depuis chez moi reviennent avec des erreurs :

host xxx.yy.zz[IP] refused to talk to me: xxx.yy.zz 421 Access temporarily denied. Reason : sender host aaa.bbb.ccc.ddd does not resolve to a valid hostname

ou encore :

host xxx.yy.zz[IP] said: 550 No RDNS entry for aaa.bbb.ccc.ddd (in reply to RCPT TO command)

Passé un moment de surprise – Comment est-il possible que des machines connectées à Internet pour causer librement refusent de se parler ? –, c’est bien la première fois que je fais face à ces erreurs. Et c’est aussi la première fois que je tombe sur un FAI qui m’oblige par la force des choses à me soucier du DNS inverse et son enregistrement associé : le PTR.