Critique : Les 5 lois de la stupidité

Nous sommes tous le con de quelqu'un

Ma bulle rose remonte parfois à la surface des articles ou des capsules sur des sujets plus surprenants les uns que les autres.

À l'évidence, les algorithmes me considèrent plus pessimiste que je ne suis réellement. Et lorsque je tombe sur un sujet comme les 5 lois de la stupidité, je ne peux que m'étonner du contenu tellement il me paraît absurde, voire surréaliste et, à bien des égards, très savoureux, mais pour les raisons inverses de celles exposées.

Soyons naïfs !

Pourquoi nous avons toujours besoin d’un plus naïf que soi

Dans le cadre de mon métier, je suis amené à rencontrer des clients de toutes sortes et travailler avec des individus de tous horizons.

Malgré les années d’expérience qui font de moi ce qu’on appelle un expert – et qui n’est pour moi que la simple exécution d’un certain perfectionnisme –, il m’arrive cependant d’être encore surpris par les réactions ou les propos de personnes avec lesquelles je suis amené à collaborer.

La dernière en date: la naïveté. 

Lorsqu’on est perfectionniste, on aime les choses bien faites et achevées. De plus, l’expérience aidant, on sait que toute activité inachevée finira par se payer tôt ou tard. Je conseille donc toujours à mes clients ce qui est dans leur intérêt – c’est pour cela qu’ils me paient – et je ne suis pas du genre à leur cacher la vérité, même si elle est difficile à entendre, ce qui signifie que je pose sur la table la liste des exigences structurelles auxquelles ils devront faire face, ainsi que les risques encourus si jamais ils y dérogent.

Je fais habituellement face à deux réponses : ceux qui comprennent et acceptent car j’ai réussi à leur transmettre les informations dont ils ont besoin pour avoir un avis éclairé, et ceux qui les rejettent, parce que c’est trop exigent et trop coûteux – généralement plus le second que le premier.

Et il y a quelques cas rares, que nous nommerons des « politiciens », que nous identifierons facilement grâce à des locutions comme : « J’entends bien ce que vous dites… mais ne soyons pas naïfs ... »

Travailler en équipe ?

Et vous ?

Lors d'un entretien de recrutement, il n’existe pas un seul client qui oublie de me demander si je sais travailler en équipe.

J’ai toujours été étonné par cette question.

Plus je gagne en expérience, plus je me rends compte que la question est mal posée. En définitive, même si elle peut paraître simple, elle ne l'est pas tant que ça !

Voyons pourquoi…

Sport, discipline et virilité

Point de vue d'un athlète : la virilité est-elle encore utile ?

Je profite généralement d’une séance d’entraînement ou du petit déjeuner pour suivre – plus par l’ouïe que par la vue – des vidéos YouTube et, ce matin, je suis tombé par hasard sur une vidéo des Philogynes, elle-même une critique d’un ouvrage écrit par un youtubeur que je ne connais pas.

À un moment donné, l’exemple du sport, notamment des sports de combats, est arrivé dans la conversation, avec la question de savoir si la virilité est toujours utile.

Et lorsqu’il s’agit de sport, en tant qu’athlète, je suis immédiatement inspiré.

Luttons contre la dictature (du stylo rouge)

Comment le stylo rouge ruine l’esprit d’entreprise

Aussi loin que je me souvienne, mes devoirs scolaires – et autres contrôles de connaissance – étaient corrigés à l’encre rouge par le professeur. C’est une convention : les devoirs sont corrigés en rouge. Ce n’était pas un traitement de faveur, mes camarades y avaient droit et mes parents avant eux, leurs parents, etc. C’est une convention qui se transmet de génération en génération.

Cette convention a tellement traumatisé les élèves que, devenus parents aujourd’hui, certains demandent l’abolition du système de notation, arguant qu’une mauvaise note décourage l’élève plutôt que de l’encourager.

D’un point de vue technique et psychologique, ce n’est pas la notation qui pose problème. Et si nous voulons garder un système d’instruction performant, nous devons conserver un système de notation qui permet d'avoir une mesure plus ou moins «scientifique» de la progression et des points faibles à travailler.

Non, ce qui décourage l’élève n’est pas la note obtenue, mais l’encre rouge.

Les témoins, Jéhovah et moi

Pourquoi il ne faut jamais raisonner a posteriori

J'ai été abordé dans la rue par deux hommes. Comme ils semblaient chercher quelque chose, j'ai pensé qu'ils cherchaient une adresse et donc, lorsqu'ils m'ont abordé, je pensais pouvoir les aider à trouver leur chemin.

En fait, ils voulaient plutôt m'aider à trouver le mien grâce à l'aide de la foi et de Dieu. Ils m'ont posé tout un tas de questions, et posé aussi un certain nombre d'affirmations comme le fait que l'homme a été créé par Dieu car notre présence n'est pas un hasard, que tous les hommes sont des pécheurs…

STOP!

L'homme a été créé par Dieu car notre présence n'est pas un hasard.

Réfléchissons un instant.