Luttons contre la dictature (du stylo rouge)

Comment le stylo rouge ruine l’esprit d’entreprise

Aussi loin que je me souvienne, mes devoirs scolaires – et autres contrôles de connaissance – étaient corrigés à l’encre rouge par le professeur. C’est une convention : les devoirs sont corrigés en rouge. Ce n’était pas un traitement de faveur, mes camarades y avaient droit et mes parents avant eux, leurs parents, etc. C’est une convention qui se transmet de génération en génération.

Cette convention a tellement traumatisé les élèves que, devenus parents aujourd’hui, certains demandent l’abolition du système de notation, arguant qu’une mauvaise note décourage l’élève plutôt que de l’encourager.

D’un point de vue technique et psychologique, ce n’est pas la notation qui pose problème. Et si nous voulons garder un système d’instruction performant, nous devons conserver un système de notation qui permet d'avoir une mesure plus ou moins «scientifique» de la progression et des points faibles à travailler.

Non, ce qui décourage l’élève n’est pas la note obtenue, mais l’encre rouge.

Pourquoi perdre le contrôle peut vous rendre plus heureux

Nous avons tous un besoin viscéral de sentir un contrôle. Mais aller trop loin peut vous rendre malheureux.

Les êtres humains ont un profond désir de certitude et de contrôle.

Plusieurs études montrent que ce besoin sert au moins deux objectifs importants. Premièrement, cela nous aide à croire que nous pouvons façonner les résultats et les événements à notre goût. C'est-à-dire que plus nous nous sentons en contrôle, plus nous nous sentons efficaces pour atteindre les résultats souhaités, et ce sens de la compétence stimule le bien-être.

Nous apprécions aussi le contrôle parce qu'il nous fait croire que nous ne sommes pas sous le contrôle de quelqu'un d'autre. Dans une étude, des chercheurs ont donné à une d'un groupe de pensionnaires d'une maison de retraite le contrôde sur quelle plante à cultiver dans leur chambre et quels films à regarder. L'autre groupe a été privé de ce choix. Au cours des dix-huit mois qui ont suivi, le taux de mortalité du deuxième groupe était le double de celui du premier.

C'est pourquoi nous avons tendance à rechercher le contrôle. En effet, les études montrent que ceux qui ont le plus besoin de contrôle définissent généralement des objectifs plus ambitieux et ont tendance à atteindre plus d'objectifs. Mais cela peut-il aller trop loin ? La recherche du contrôle à tout prix peut-elle diminuer le bonheur? Il s’avère que la réponse est oui. Chercher le contrôle est une bonne chose, mais seulement jusqu'à un certain point. Au-delà, la volonté de contrôler peut vous rendre misérable.

Pourquoi le Carême rend les gens heureux (et pas Netflix)

Une nouvelle recherche suggère que réduire les plaisirs de la vie nous aide à en profiter beaucoup plus

Comme beaucoup de téléspectateurs de nos jours, nous regardons nos émissions préférées sur Netflix, consommant deux, trois ou plus d’épisodes – parfois des saisons entières – à la fois.

Mais nous ne nous en rendons guère compte, goinfres que nous sommes, nous nous privons de bonheur.

C'est la leçon d’une nouvelle recherche dans le domaine de la psychologie positive. Cette recherche montre que se livrer aux plaisirs de la vie à plus petites doses, ou même les abandonner pendant des périodes de temps, nous aide à en profiter beaucoup plus.